Les World Games en Jaune et Noir !

Cet été avait lieu la troisième édition de la coupe du monde de football gaélique, appelée “Renault GAA World Games 2019” et qui se tenait dans les villes de Dublin et Waterford.

Comme lors de la dernière édition en 2016 (à Dublin), un contingent de sangliers (et d’anciens sangliers) a participé à ce grand rassemblement. Ces derniers portaient les couleurs de la Bretagne, de la France, mais aussi d’autres équipes – un peu – plus exotiques !

Un petit mot sur les World Games

Cette coupe du monde réunissait près d’un millier de joueurs, venus du monde entier : d’Amérique du Nord avec des équipes des États-Unis et du Canada, mais aussi d’Argentine, d’Afrique du Sud, d’Australie, de Chine, du Moyen Orient… Toutefois, de nombreuses équipes étaient européennes : Galice, Espagne, Italie, Londres, Birmingham, Russie, etc. Et bien entendu France, Bretagne, mais aussi Gascogne et Occitanie pour le territoire français !

On y jouait bien entendu au football gaélique, mais aussi au hurling, l’autre sport gaélique. Aussi, des compétitions masculines et féminines se sont tenues en parallèle. Enfin, certaines compétitions étaient destinées aux Irlandais vivant hors de leur patrie, tandis que d’autres réunissaient les joueurs non-Irlandais. 2 x 2 x 2 = 8 : ce sont bien 8 compétitions différentes qui se sont tenues en parallèle sur le grand complexe du WIT Arena !

Les joueurs, joueuses et coachs sont pour la plupart arrivés à Waterford le week-end du 27-28 juillet et ont pu tous se retrouver le dimanche soir à l’occasion d’une grande parade inaugurale dans les rues de Waterford. Les différents Liffréens et ex-Liffréens en ont profité pour se retrouver et se saluer. Mais qui étaient-ils ?

Douze sangliers et anciens sangliers à Waterford !

De gauche à droite et de haut en bas :

  • Antoine Botrel, attaquant de l’équipe de France et déjà présent en 2016 ;
  • Jean Thoumelin, défenseur de l’équipe de Bretagne et déjà présent en 2016 ;
  • Jeremy Steimlé, ex-joueur de gaélique à Liffré, désormais joueur de hurling pour Eindhoven et pour l’équipe d’Europe ;
  • Olivier Kowarski, sélectionneur de l’équipe de France et déjà présent en 2016 ;
  • Antoine Thomet, milieu offensif de l’équipe de Bretagne et déjà présent en 2016 ;
  • Hugo Brument, milieu de l’équipe de France ;
  • Bruno Durocher, gardien de l’équipe de France et déjà présent en 2016 ;
  • Vincent Durrmann, désormais joueur de Portobello (Dublin), milieu de l’équipe de France et déjà présent en 2016 ;
  • Pol-Ewen Rault, désormais joueur de Nantes, défenseur de l’équipe de France et déjà présent en 2016 (avec l’équipe d’Europe).

Et ce n’est pas tout : deux joueurs, passés par Liffré aux alentours de 2010, manquaient à l’appel !

  • Thomas Silva, désormais joueur de Toulouse et de l’équipe de Gascogne ;
  • Cyril Bouvet , qui jouait pour l’équipe de Canada East.

De même qu’Antoine Duros, capitaine de Liffré et milieu de l’équipe de France, qui est arrivé après la parade. Il était lui aussi déjà du voyage en 2016.

La compétition a duré 4 jours, du lundi au jeudi. Les finalistes ont même joué jusqu’au vendredi, avec des finales de Division 1 qui se sont tenues dans le mythique stade de Croke Park !

Qu’en est-il des résultats pour les joueurs et coachs toujours présents au club ?

Les équipes de France et de Bretagne ont disputé les phases de poules du lundi au mercredi.

Chaque poule était composée de 4 équipes, et voyait chaque équipe affronter chaque adversaire en matchs aller-retour (6 matchs).

Les deux premiers se qualifiaient pour la Cup (Division 1), le troisième pour le Shield (Division 2) et le quatrième pour le Plate (Division 3).

Le parcours de la France

La France a largement dominé son groupe avec un bilan parfait 6 victoires en 6 matchs. Si l’équipe de Charlotte (USA) était dangereuse, la France a écrasé les équipes de San Isidro (Argentine) et d’Europe.

Le jeudi, les Français affrontaient les Galiciens pour un remake de la finale de l’Euro Gaelic 2018 de Lorient. Ce huitième de finale de Cup a été accroché, passionnant et est allé jusqu’aux prolongations. C’est finalement une nouvelle fois la France qui est sortie gagnant de ce classique !

En quarts de finale, les Bleus défiaient l’une des équipes de San Francisco pour une courte et belle victoire des hommes d’Olivier Kowarski !

En demi-finale, nouveau remake. Cette fois-ci celui de la finale des World Games 2016 de Dublin : France – New York. Et cette fois-ci encore il a tourné à l’avantage des New-Yorkais, un cran au dessus des Français. Ces derniers terminent dans le dernier carré d’une compétition dont le niveau s’est nettement élevé entre 2016 et 2019, et peuvent être fiers de leur parcours !

Le parcours de la Bretagne

Le phase de poules a été autrement plus compliquée pour la Bretagne que pour la France. La faute notamment à un tirage compliqué avec deux équipes des USA, dont New-York ‘jeunes’ futurs champions du monde.

La première journée a été particulièrement compliquée avec deux lourdes défaites contre ces équipes. Mais la suite a été bien plus encourageante : s’il n’y avait rien à faire au retour contre New-York, les Bretons ont bien mieux joué contre San Francisco (une équipe différente de celle rencontrée par les Français) et auraient pu gagner. Face à Iberia (l’Espagne), aucun problème pour la Bretagne qui était nettement supérieure.

Les Bretons ont donc terminé troisième et devaient se contenter de jouer le Shield le jeudi. Et cela a commencé fort avec un choc dès les huitièmes de finale contre l’Afrique du Sud pour une revanche de 2016 ! Cette fois-ci, c’est la Bretagne qui l’a emporté au terme d’un match très agréable !

Le match suivant était un peu particulier contre c’est l’Occitanie, toute jeune équipe du sud de la France (à ne pas confondre avec l’équipe de Gascogne) qui affrontait la Bretagne en demi-finale. Dans un match compliqué, les Noirs et Blancs sont finalement parvenus à l’emporter pour s’offrir une finale de Shield !

L’adversaire se nommait l’Argentine, redoutable et imprévisible équipe. Le match a été très bizarre, tant les Argentins refusaient le jeu. Bien installés dans leur propre camp et faisant tourner le ballon en permanence, ils n’attaquaient que par de rares accélérations. Les Bretons complètement déstabilisés n’ont malheureusement pas su trouver la solution face à une tactique terriblement efficace, à défaut d’être attrayante. Malgré un très beau but à 3 points en fin de match, la Bretagne s’est inclinée et a du se contenter d’une place de finaliste.

Le parcours des Bretons reste remarquable tant le niveau des adversaires été élevé. Ils peuvent être fiers de leur très nette progression depuis 3 ans !

Autres résultats

Tous les résultats sont consultables ici : https://www.gaa.ie/worldgames/.

La grande finale de Cup a donc vu l’équipe de New-York (vainqueur de la France en demi-finale) tomber contre l’équipe de New-York ‘jeunes’ (vainqueur de la Bretagne en phase de poules), pour une affiche un peu décevante.

La Gascogne de Thomas Silva a remporté le Plate (Division 3) face à l’Italie !

L’équipe d’Europe de hurling de Jeremy Steimlé a perdu tous ses matchs, mais ce dernier a eu la chance de disputer un match d’exhibition ‘Hurling vs Lacrosse’ (Lacrosse est un sport collectif d’origine amérindienne qui ressemble à Hurling) à Croke Park !

Enfin, Cyril Bouvet et son équipe de Canada East se sont qualifiés pour la Cup, mais ont lourdement chuté dès les huitièmes de finale contre l’équipe d’Australasie.

Et maintenant ?

Cet été, différentes équipes du monde entier ont pu passer une grande et belle semaine pleine de sport et convivialité en Irlande. Elles remercient la GAA qui a fait un incroyable travail pour rendre tout cela possible.

Les joueurs de Liffré présents là-bas reviennent fatigués après des mois de préparation et une semaine de compétition de très haut niveau, mais aussi et surtout avec le sourire !

Le club de Liffré espère vivement pouvoir continuer à envoyer ses joueurs aux compétitions internationales que sont l’Euro Gaelic et les World Games. Bonne chance à tous les sangliers qui souhaitent un jour participer !

Ce n’est en aucun cas réservé aux joueurs ayant déjà une expérience internationale. En atteste la présence cette année d’Hugo Brument en équipe de France, qui n’était pas présent en 2016 car ayant commencé le football…il y a seulement deux ans !

Désormais, retour à Liffré et au championnat de Bretagne !